Rencontres Cinémas d'Amérique Latine de Toulouse

affiche23RCALT-10x15-webLa 23ème édition du festival se déroulera au Cratère du 16 au 29 mars 2011











Alamar                                                                                              
de Pedro Gonzalez-Rubio - Mexique 2009 – Int :  Jorge Machado, Roberta Palombini, Natan Machado Palombini... 1h10 - VOST 
Durant les vacances, le petit Natan retrouve son père au Mexique pour quelques jours. Tous deux embarquent en pleine mer, destination Banco Chinchorro, l'une des plus grandes barrières de corail de la planète. Dans ce cadre idyllique, un lien complice se resserre entre le père et son fils...
"Ce film enchanteur transporte le spectateur dans un état de bonheur et de nostalgie, heureux d'assister à quelques moments de vie tellement simples qu'ils deviennent épiques. Une oeuvre lumineuse, d'une parfaite sérénité, à la frontière du documentaire, dont les personnages, acteurs non professionnels, sont extrêmement riches et convaincants" L'Humanité

Mardi 22 mars à 21h : Séance en présence de la réalisatrice Inès Compan
A ciel ouvert                                                   
documentaire de Inès Compan - France 2010 – 1h34
Sur les hauts plateaux du Nord-Ouest argentin, les populations indigènes Kollas sont en lutte. La communauté de Cerro Negro cherche à attirer l’attention du gouvernement argentin pour que la construction de son école, débutée il y a quinze ans, soit enfin achevée. Dans un village proche, la population est confrontée à la réactivation de son ancienne mine par une multinationale canadienne, avec pour objectif de devenir l'une des plus grosses mines d'argent à ciel ouvert du monde !...
“ Mon intention est de donner à ces conflits locaux une portée universelle en conduisant le spectateur à s’identifier à ce territoire et ses habitants, sans perdre de vue que ce même spectateur participe, de par son mode de vie moderne, à l’expansion du monde dont est issue la mine.” Inès Compan

Lundi 21mars à 20h45 : Séance en présence du réalisateur Oscar Ruiz Navia
La Barra                                          
de Oscar Ruíz Navia - France, Colombie 2009 – Int : Arnobio Salazar Rivas, Rodrigo Vélez, Jaime Andres Castaño;.. 1h35 - VOST
La Barra, village côtier isolé situé à l’ouest de la Colombie. Cerebro, chef de la communauté native afro-colombienne, y est en conflit avec un propriétaire blanc qui souhaite construire un centre touristique sur la plage. Daniel, un homme étrange aux manières de citadin, arrive au village. Déterminé à fuir son passé, il cherche un bateau pour quitter le pays...
“De cette manière documentaire à l'état brut, filmée avec une équipe de tournage très réduite, le cinéaste tire un récit sobre et personnel. Une fable poétique maîtrisée, entre tension et contemplation. C'est avec bonheur que l'on constate ici un besoin de rompre les influences et les codes narratifs dominants.”  Les Cahiers du cinéma


Carancho                                                                                                                           
de Pablo Trapero - Argentine 2010 – Int : Ricardo Darin, Martina Gusman, Carlos Weber... 1h47 - VOST
Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs
Sosa est un "Carancho" : un avocat spécialisé dans les accidents de la circulation à Buenos Aires. Grâce aux assurances et à la corruption, il profite sans scrupules des nombreuses victimes de la route qui enrichissent une poignée d’avocats et de policiers mafieux. Un soir, à la recherche de potentiels clients, il rencontre Luján, une jeune urgentiste...
"Trapero continue d’ausculter les plaies de sa société, mais il le fait dans un style punchy, physique, tendu, qui évoque aussi bien Scorsese que la série Urgences… Dans cet univers violent et corrompu, l’histoire d’amour entre deux éclopés de la vie a du mal à éclore, mais sa fragilité la rend d’autant plus forte, précieuse, émouvante. Avec ce film qui aurait été parfaitement digne de la Compète, Trapero remet l’Argentine au premier plan de la scène ciné mondiale. Les Inrockuptibles


Cabeza de Vaca
de Nicolás Echevarría - Etats-Unis, Grande-Bretagne, Espagne, Mexique 1991 – Int : Juan Diego, Daniel Gimenez-Cacho, Roberto Sosa...1h52 - VOST
L’explorateur espagnol Cabeza de Vaca a marché pendant huit ans à travers l'Amérique jusqu’à la côte Pacifique du Mexique après avoir fait naufrage au large des côtes de la Floride en 1528. Au gré de sa quête pour assurer sa survie, il vécut avec des tribus indiennes aujourd'hui disparues, fit l’apprentissage des secrets de leur vie mystique et accomplit des guérisons miraculeuses.....
"Le souffle intense du film tient à la fois aux qualités du metteur en scène et à son empathie sensorielle, intuitive, passionnelle avec le sujet. Il réussit ainsi à éblouir par son élan visuel et son originalité plastique, à désarçonner par l’évocation d’une Amérique inédite sur l’écran, à tenir en haleine par son atmosphère mystique et lyrique.  "Positif

Mercredi 23 mars à 21h30 : Séance en présence du réalisateur Vincent Dieutre
Despuès de la Revolucion                 
Documentaire de Vincent Dieutre - France 2007 – Int : Vincent Dieutre, Hugo Martinez, Raul Dolgiei... 00h55
Je suis enfin à Buenos Aires, pour un séminaire sur le cinéma. Ivre de joie, je découvre la ville que m’avaient tant décrite les grands frères argentins, du temps des Grandes Manoeuvres et du Palace. Mais la ville est aussi devenue un laboratoire où s’expérimentent toutes les révolutions, de la libération sexuelle à celle de l’art. J’essaie d’être à la hauteur de ce changement à vue du monde qui éclate sous mes yeux. Je me noie, j’abandonne, pour nous, ceux d’ « après la révolution », c’est sans doute déjà trop tard…
"Le film s'écoute comme un texte littéraire, tissé de confessions, de souvenirs, de correspondances étranges entre certaines rues de Buenos Aires et le XVIe arrondissement parisien. Une tension se fait jour, entre la ­délectation morose et l'allégresse, le mal et la santé - une belle exhortation est graffitée sur un mur : « Arrête de souffrir (pense) ». Dieutre retrouve curieusement dans cette capitale argentine des accents de Gide, celui des Nourritures terrestres. Une alliance de pureté et de ­vice. " Télérama.


Même la pluie           
de Icíar Bollaín - France, Mexique, Espagne 2010 – Int : Gael García Bernal, Luis Tosar, Carlos Aduviri... 1h43 - VOST
Sebastian, jeune réalisateur passionné et son producteur arrivent dans le décor somptueux des montagnes boliviennes pour entamer le tournage d'un film. Mais bientôt le tournage est interrompu par la révolte menée par l'un des principaux figurants contre le pouvoir en place qui souhaite privatiser l'accès à l'eau courante...
"L’écriture de l’auteur et la mise en scène d’Iciar Bollain, fondées sur une approche humaine et l’évolution des regards,  rendent cette mise en abyme du cinéma par lui-même très intéressante. En créant un lien entre scènes de la vie de Bartolomé de Las Casas, affres de l’équipe de tournage et affrontements entre manifestants et autorités locales, le film permet au propos de s’épanouir sans manichéisme, et fait place aux questions morales qui l’accompagnent." La croix.


Norteado     Etoile d'Or du Meilleur Film du Festival de Marrakech 2009 et prix du Festival du film de Rotterdam 2010                                                                                                                        
de Rigoberto Perezcano - Espagne, Mexique 2009 – Int : Harold Torres, Sonia Couoh, Alicia Laguna... 1h35 - VOST
Andres arrive à la frontière mexicaine afin de la traverser pour se rendre aux Etats-Unis. Entre chacune de ses tentatives, il découvre la ville de Tijuana et ses nombreux démons. Comme il y passe la plupart de son temps à attendre, Andres se met à penser à ceux qu'il a laissés derrière lui, mais aussi à ceux qu'il vient de rencontrer : Cata, Ela et Asensio....
"On retrouve ici ce parfait équilibre entre fiction et documentaire qui permet de retranscrire, sans forcer le trait, le sentiment d'insécurité mêlé d'espoir qui anime ce candidat à l'exil et ce d'autant plus qu'il va se retrouver le jouet de la rivalité entre deux femmes jalouses éprises de lui. Un suspense prenant et d'une profonde humanité." L’Express.


Octubre                                                                                                                          
de Diego Vega Vidal, Daniel Vega Vidal - Pérou 2010 – Int : Bruno Odar, María Carbajal, Carlos Gassols... 1h20 - VOST
Clemente est un prêteur sur gages de Lima, connu de tous mais peu communicatif. Malgré cela, Sofia, sa vieille fille de voisine, met en lui tous ses espoirs lorsque le destin les rapproche. En effet, c’est elle que Clemente va engager comme garde d’enfants lorsqu’on dépose chez lui un nouveau né, fruit de sa relation avec une prostituée qui a depuis pris le large. La très dévote Sofia, qui voue chaque octobre un culte au Seigneur des Miracles, y voit une occasion rêvée de fonder enfin une famille. Clemente lui ne l’entend pas de cette oreille..
"Octubre révèle une dimension poétique qui donne à cette comédie l'aspect d'un conte moderne où les miracles de notre quotidien ont remplacé les légendes d'antan.".


Santiago 73, Post Mortem
de Pablo Larrain - Mexique, Chili, Allemand 2010 – Int : Alfredo Castro, Antonia Zegers, Jaime Vadell... 1h38 - VOST
Santiago du Chili, septembre 73. Mario travaille à la morgue, où il rédige les rapports d’autopsie. Amoureux de sa voisine Nancy, une danseuse de cabaret soupçonnée de sympathies communistes, sa vie va être bouleversée par le coup d’Etat contre Salvador Allende...
“L’histoire du Chili au moment du coup d’Etat militaire, une des périodes les plus noires et sanglantes du pays. L’idéal de Mario, conquérir l’impossible amour d’une femme, est aussi l’idéal d’un pays, qui tente de conquérir un noble mais inatteignable modèle politique, le socialisme. ” Pablo Larrain


La Yuma                                                                                                                         
de Florence Jaugey - Nicaragua 2009 – Int : Alma Blanco, Gabriel Benavides, Rigoberto Mayorga... 1h24
Managua, aujourd'hui. Yuma veut être boxeuse. Dans son quartier pauvre, les gangs luttent pour le contrôle de la rue. Chez elle le manque d'amour dicte sa loi. Le ring, l'énergie, l'agilité des pieds et des mains, sont ses rêves et sa seule option. Une rue, un vol, une rencontre, Yuma rencontre Ernesto étudiant en journalisme...
"Sa qualité de premier film réalisé entièrement au Nicaragua depuis vingt ans (dix années ont été nécessaires à la réalisatrice pour monter son projet) et le succès qu'il a remporté là-bas justifient sans doute la curiosité du spectateur et sa sympathie a priori, mais La Yuma mérite bien plus que cela, miroir destiné à renvoyer à un peuple sa propre image, message adressé d'un pays lointain pour rendre compte d'une réalité, émouvoir et séduire, en exprimant la pérennité du cinéma.". Le Nouvel Observateur



thumb_LOGO-ARCALT