Skip to main content
Moi aussi j’aime la politique

Moi aussi j’aime la politique

Film de Marie Voignier - France - 0h58

De 2018 à 2022, un groupe de citoyen·nes qui soutiennent ou mènent des actions d’accueil des exilé·es passant la frontière franco-italienne en particulier dans la Vallée de la Roya, initie une commande Nouveaux commanditaires. Ils et elles invitent l’artiste Marie Voignier à penser un film qui se saisisse d’une expérience humaine vécue collectivement, évoquant plus généralement, par le prisme de l’Histoire et des histoires singulières, dans une tradition multiséculaire, les notions d’accueil, d’hospitalité et de solidarité. « Moi aussi j’aime la politique » est ce film.
Mer. 09/11 2022 à 20:00
« Avec Moi aussi j’aime la politique, Marie Voignier prolonge l’attention portée de film en film aux territoires où s’entrelacent imaginaires, épaisseurs historiques et enjeux présents, de l’Allemagne de l’Est post communiste (Hinterland) à l’Afrique (L’Hypothèse du Mokélé Mbembé, Tinselwood). Alors que les frontières se ferment plus qu’elles ne s’ouvrent, deviennent moins points de passages qu’obstacles et zones de fixation, nous voici à une frontière proche, dans la vallée de la Roya, sur les hauteurs de Nice, entre France et Italie. Ouverture : au loin, un pont. Deux silhouettes. Quelques mots. On l’aura compris, l’enjeu ici sera la rencontre et l’accueil. Mais qu’est-ce que l’hospitalité ? La solidarité ? Pas si simple. Le pari sera de faire place à l’écoute de ceux qui accueillent, de leurs réflexions quant à ce qui s’y joue, pour soi, pour les autres. Question de geste donc, autant que de mot. Parole en acte et ancrée, comme celle de cet homme affairé dans son verger qui évoque le partage de son jardin comme de la Terre, ou de cette autre bénévole faisant le récit, au volant de sa voiture, du transport de trois jeunes femmes. D’un témoignage à l’autre, se dessine un film sur le mouvement, la géographie, et sur ce qui nous meut intérieurement, entre ce supposé dedans et ce monde du dehors qui nous bouscule. D’où l’insistance à filmer dans et depuis les voitures, et ces paysages, vus depuis le train ou à travers les fenêtres des chambres préparées. Contrechamp décisif, un échange entre deux réfugiés soudanais devenus bénévoles scande le film. Jeu de frontières, de positions en mouvement, d’assignations hâtives déjouées, comme en témoigne la conversation finale, en forme de rebond. » (Nicolas Feodoroff – FIDMarseille)
Claire Migraine, directrice artistique de thankyouforcoming (Nice), médiatrice-productrice Nouveaux commanditaires
(projection dans le cadre d'une résidence curatoriale à Trois‿a , Toulouse, en Novembre 2022)

Séances


À lire aussi :

Partagez cet article